Témoignage : scolarité dans une école serbe

Partir à l’étranger avec un enfant en bas âge n’est pas toujours facile, surtout pour décider de sa scolarité : Céline et David, expatriés en Serbie pendant cinq ans, ont inscrit leur fils Sasha dans une école serbe. De retour en France, il a réussi son adaptation à son nouvel environnement scolaire.

Dans quelles conditions êtes-vous arrivés en Serbie ?

Quand on est arrivés en Serbie, Sasha n’avait que un an et demi. Il n’avait donc pas l’âge d’aller à l’école. Nous avons choisi de l’inscrire dans une crèche sympa, et il s’est peu à peu adapté.

Et lorsqu’il a eu l’âge d’aller à l’école ?

Nous avons hésité. On aurait pu l’inscrire dans une école française mais on voulait qu’il ait l’expérience du pays. En plus, il s’était fait des amis au jardin d’enfants. Nous l’avons donc inscrit dans une école locale. Et il y a fait sa scolarité jusqu’à l’â ge de 6 ans. La journée, il parlait serbe, c’était sa langue sociale, et le soir, il parlait français avec nous.

Comment s’est-il adapté à cette double vie linguistique et culturelle ?

Très bien. Sasha a toujours su qu’il était un français vivant en Serbie. Il s’est très bien adapté, il n’a jamais pleuré. Il alternait entre le sebocroate et le français et ce n’était pas un problème pour lui.

Comment a-t-il vécu son retour en France ?

Nous sommes rentrés de Serbie en décembre dernier et nous l’avons donc inscrit au CP avec du retard. Ce n’était pas la meilleure idée de l’inscrire en milieu d’année. Ça lui a pris un peu de temps, c’é tait difficile pour lui de quitter ses copains serbes.

Au début les mots lui venaient en serbocroate.Mais il a rattrapé son retard petit à petit. Grâce à son expérience à l’étranger, il est très débrouillard. Au mois d’avril, il était complètement adapté au système scolaire français.

Et maintenant que vous êtes en France, comment va son serbocroate ?

Il était un peu frustré au début. Mais maintenant, c’est rentré dans l’ordre. Il peut parler à ses copains grâce à Skype. Et nous tenons vraiment à retourner en Serbie prochainement pour rendre visite à des amis et le faire pratiquer.

Dans ce dossier :