Les séjours prolongés aux USA sans visa vacances travail, c'est possible (2)

– Stage (rémunéré ou non) dans une entreprise aux Etats-Unis (J1) :  Même chose, vous devez passer par un organisme agréé (ex : EuropUsa), qui effectuera les démarches à votre place. Généralement, l’organisme sponsor est en contact avec des centaines d’entreprises aux Etats-Unis, et s’occupe de vous trouver un stage selon votre domaine d’intérêt  (ex : arts et culture, information et médias, management et business, et sciences en général). La durée des stages peuvent varie entre  6 semaines à 18 mois.  Pour trouver des organismes agréés, effectuez une recherche simple dans Google de type « USA Internship Program ». Les stages peuvent être ou non rémunérés. Le visa J1 est aussi celui qui est utilisé pour les échanges universitaires : si vous passez par votre établissement, vous devrez peut-être trouver votre stage vous-même. De nombreux sites de recherche « d’Internship » vous aident : monster.com, interships.com, etc.
A noter : un minimum de 32 heures de travail hebdomadaire est requis dans le cadre de ce visa, ce qui peut vous laisser trois jours pour explorer votre région d’affectation (dans ce cas, on se rapproche de la philosophie d’un PVT).
Séjour touristique prolongé aux Etats-Unis :

Comme nous l’avons vu en première partie, il existe plusieurs alternatives au Permis Vacances Travail pour séjourner au moins un an aux Etats-Unis. Notamment pour les candidates intéressées par les séjours  « au pair » et par les personnes qui cherchent un  job d’été aux USA. D’autres possibilités de visas existent et couvrent différentes situations qui, sans être tout à fait similaires aux PVT, s’en approchent : les stages rémunérés en entreprise, les stages pour les personnes non diplômées, les séjours touristiques supérieurs à trois mois et les échanges culturels.

– Stage (rémunéré ou non) dans une entreprise aux Etats-Unis (J1) :  vous devrez passer par un organisme agréé (ex : EuropUsa), qui effectuera les démarches à votre place. Généralement, l’organisme sponsor est en contact avec des centaines d’entreprises aux Etats-Unis, et s’occupe de vous trouver un stage selon votre domaine d’intérêt  (ex : arts et culture, information et médias, management et business, et sciences en général). La durée des stages peut varier de  6 semaines à 18 mois.  Pour trouver des organismes agréés, effectuez une simple  recherche dans Google avec les mots-clés de type « USA Internship Program ». Les stages peuvent être ou non rémunérés. Le visa J1 est aussi celui qui est utilisé pour les échanges universitaires intégrant un stage professionnel pratique : si vous passez par votre établissement, vous devrez peut-être trouver votre stage vous-même. De nombreux sites de recherche « d’Internship » vous aident : monster.com, interships.com, etc.

A noter : un minimum de 32 heures de travail hebdomadaire est requis dans le cadre de ce visa, ce qui peut  laisser trois jours pour explorer votre région d’affectation (dans ce cas, on se rapproche de la philosophie d’un PVT).

– Stage en entreprise pour les candidats non diplômés (visa H-3) : plus rare, ce visa permet à des candidats non diplômés (ex : non titulaires du baccalauréat) d’effectuer un stage qui ne peut être pourvu en France (notamment parce que le le champ de connaissances visé par le stage  n’existe pas). Les domaines suivants sont concernés par ce visa : commerce, agriculture, finance, etc. Le stage effectué doit être non « productif » (c’est à dire un stage d’observation), et sa durée peut être étendue à deux ans maximum.

– Séjour touristique prolongé aux Etats-Unis (visa B2)  : ce visa convient aux personnes qui souhaitent découvrir les Etats-Unis pour une période supérieure à trois mois  (limité dans un premier temps à 6 mois) et peut être prolongé 6 mois supplémentaires sur place. On est donc plus dans une optique de « vacances » que de travail, la possibilité d’exercer un emploi étant exclu dans le cadre de ce programme.

– Séjour dans le cadre d’un échange culturel (visa Q-1) : assez confidentiel, ce visa permet malgré tout aux personnes ayant une expertise et une expérience dans le domaine culturel (relatif exclusivement à la culture française pour les candidats français) de bénéficier d’un échange culturel, à condition que leur employeur fasse parti d’un programme habilité. Sa durée est limitée à une durée de 15 mois non renouvelable.

1 commentaire

Bonjour,

Je suis actuellement au pair et cela va faire 2 ans en novembre. Etant donne que je ne puisse pas prolonger mon J1 est ce que je peux faire la demande pour un Q1 ? En effet la famille dans laquelle de travaille actuellemtn souhaiterai me garder. Est ce que je dois rentrer en France pour cela ? Est ce que je peux l’obtenir en ayant le titre de nanny ? Merci beaucoup

Laisser un commentaire

*