Expatriation : la Suisse a ses avantages… Partie 2

Un pari fou : monter son propre restaurant !

Pour avoir son propre établissement ou être directeur il faut passer un examen. « Quand je l’ai passé, il a fallu que je suive une préparation de 3 mois et ça m’a coûté 20000 francs suisses ! Il fallait avoir envie de foncer car ça n’a pas été évident tous les jours ! » nous confie Danielle. « Mais ça en valait vraiment la peine car ensuite nous avons monter notre propre restaurant et, sur un pari idiot un soir, nous avons inventé le concept du ‘gueuleton à l’envers’. »
Danielle et Marc on tenu ce restaurant pendant plusieurs années proposant ainsi des soirées animées où l’on mangeait à l’envers.

Et la retraite dans tout ça !

Après 36 ans de travail en Suisse, c’est l’ heure de la retraite pour Danielle. Sauf que là-bas la retraite est la même quelque soit le salaire que l’on a touché pendant ses années actives. Alors petit conseil : n’oubliez pas de souscrire à une complémentaire retraite, en effet la retraite forfaitaire permet à peine de payer un loyer !

Suisses et Français même culture ?

Même s’ils partagent la même langue, les suisses et les français ont une culture bien différente ! « Après 36 ans passés dans le pays, nous sommes toujours considérés comme des étrangers… » avouent Marc et Danielle. Les français paraissant un peu trop exubérants comparé aux suisses plus réservés qui peuvent nous paraître froids parfois. Les expatriés de toutes nations se retrouvent donc souvent entre eux !

Dans ce dossier :