Bientôt un nouvel impôt pour les Français expatriés ?

imgres

Faut-il taxer les français expatriés qui travaillent en contrat local ? Cette question n’a rien de loufoque, puisqu’elle vient d’être posée par Jérôme Cahuzac, président de la commission des finances de l’Assemblée nationale. Pour renflouer les caisses de l’Etat, celui-ci suggère d’imposer  les expatriés qui travaillent à l’étranger  et sont déjà soumis à la fiscalité de leur pays d’accueil. Comment   ? Par un dispositif de taxation « proportionnelle » de leurs revenus. Protégés notamment par des conventions de non double-imposition, ces expatriés qui n’ont plus d’attache fiscale avec la France, devront-ils ouvrir leur portefeuille ?  

Jusqu’ici, les expatriés travaillant en contrat local à l’étranger sont exemptés du paiement de l’impôt sur le revenu en France et seuls les Français expatriés qui perçoivent une partie de leurs  revenus en France doivent régulariser leur situation auprès du centre des impôts des non résidents…. Un situation que Jérôme Cahuzac, président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, voudrait voir évoluer : avec un amendement proposé au projet de budget 2011, destiné à  introduire une « taxation proportionnelle » du revenu des Français expatriés…

Une solution « à l’américaine », en somme : les Etats-Unis obligent en effet leurs expatriés à déclarer leurs revenus mondiaux, un « devoir fiscal » en vigueur dans 42 pays signataires d’un « tax treaty » avec les Etats-Unis.

Les traders dans le collimateur
La cible de cet amendement  ?  Les riches expatriés qui « reviennent en France lorsqu’ils ont des soucis » indique Jérôme Cahuzac, qui fait référence au scandale des indemnités chômage record perçus en France par une poignée de traders français de Londres « victimes » il y a deux ans de la crise économique.

L’annonce n’a en tous cas pas tardé à faire réagir, notamment Hélène Charveriat, déléguée générale de l’Union des Français de l’Etranger, qui interrogée récemment sur RMC, s’en est pris au « mythe » de l’expatrié trop payé : « Je trouve cette proposition risible. Il faut casser le mythe de l’expatrié trop payé. La plupart d’entre eux vivent avec un contrat et un salaire local. »

Faire payer les « riches expatriés »… Une bonne idée selon vous ?

5 commentaires

Il me semble que ce monsieur a fait un lapsus il pensait sans doute aux expatriés français en France, c’est-à-dire la classe dirigente française dont il fait partie tellement déconnectée de la réalité du peuple français et a fortiuri des vrais expatriés parce ce que pour eux le mythe de  »l’expatrié trop payé » ce n’est vraiment pas un mythe…
Trève de plaisanterie si ce projet sera un jour effectivement voté je pense que tous les expatriés qui ne pourront pas se permettre le luxe de payer une double imposition et qui peuvent prendre la nationalité du pays d’accueil le feront et renonceront à la nationalité française…
Et cela malgré les états d’àme… Serai-t-on contraint à renoncer à sa propre nationalité d’origine si on n’est pas assez riche pour se payer le luxe de vivre hors de la France avec des contrats du pays d’accueil et des revenus du pays d’accueil ?
Est-ce cela la Liberté et l’Egalité en France sans parler de Fraternité ?
Moi j’y renoncerai même si je l’ai conservée toutes ces années comme un trésor et que ma fille a la double nationalité…

Il y a des baffes qui se perdent … pour renflouer les caisses de l’état, qu’ils commencent par montrer l’exemple ces ministres et après on parlera!

Taxez les banques qui brasse de l’argent tous les jours!

Pendant la Révolution on coupait les têtes je crois non??????

Pour quelle raison mériterions-nous une telle sanction, nous qui vivons comme les locaux de notre pays d’accueil.
un impot européen, pourquoi pas, comme ça tout le monde paierait deux fois la meme chose, à l’image de la TVA.
Pourquoi les francais ne paierait-il pas un impot à nos pays d’accueil pour les remercier de nous accueillir.
Enfin quand on veut trouver de l’argent on est capable de trouver n’importe quelle betise.

Les commentaires sont fermés.