Immobilier : Berlin ne connaît pas la crise

Contrairement à Londres qui subit de plein fouet les conséquences de la crise du crédit immobilier, Berlin affiche des prix au mètre carré qui défient toute concurrence : et ce aussi bien à l’achat qu’à la location des appartements.

Si le taux de chômage est encore élevé dans la capitale allemande, c’est une une bonne nouvelle pour les investisseurs et les expatriés qui cherchent aujourd’hui une alternative aux villes gagnées par la flambée des prix. Berlin, une nouvelle destination à la vogue pour les expatriés ? Retrouvez ici un guide pratique qui vous explique comment acheter un appartement dans la capitale allemande.  

Contrairement à Londres, où l’érosion de la livre sterling sape le moral des expatriés français, Berlin résiste pour l’instant à la crise immobilière qui s’installe peu à peu en Europe.
Une situation qui fait de la capitale allemande l’une des villes les plus attractives du moment, même si elle souffre toujours d’un taux de chômage élevé et d’un taux de croissance relativement faible.

Londres, la rentière, Berlin, la bailleresse…
Là où l’économie de l’immobilier à Londres repose essentiellement sur l’acquisition immobilière, les choses sont bien différentes dans la capitale allemande : 90% des Berlinois sont locataires, ce qui a permis à la ville d’échapper à la bulle immobilière qui a très lourdement sanctionné le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Les étrangers se tournent donc massivement vers Berlin pour réaliser leur projet immobilier. Et pour cause, le prix au mètre carré des appartements y est jusqu’à 7 sept fois inférieur à celui de Londres !

Un déséquilibre favorable aux acquéreurs

Le prix très modéré des loyers à la location (12 euros par mois et par mètre carré en moyenne) et de l’achat au mètre carré (1600 euros en moyenne) est une conséquence de la fièvre immobilière qui a suivi la réunification allemande dans les années 1990 : on estime aujourd’hui que 1,5 millions de mètres carrés de bureaux sont vacants dans la capitale. Si ce déséquilibre est évidemment une mauvaise nouvelle pour les promoteurs immobiliers, c’est une opportunité pour les acquéreurs étrangers refroidis par l’instabilité du marché immobilier dans une ville comme Londres.

Si vous souhaitez acquérir un bien immobilier à Berlin, il vous faudra maîtriser le cadre juridique qui encadre ce type de transaction, car il diffère de celui de la France en de nombreux points.

6 commentaires

Bonjour Antoine,

Il me semble en fait que l’article auquel vous faites référence parle plutôt de l’assèchement du crédit à Berlin. Les investisseurs ne peuvent plus compter sur les banques pour financer leur projet immobilier.

Ceci n’est pas le cas, précisément, du « cas par cas ». Un de mes amis ainsi vient récemment de faire acquisition d’un appartement à Neukölln, pour 60.000 euros.

Il en a visité plusieurs avant de se décider, et tous étaient accessibles immédiatement…

Les prix sont quand même très attractifs quand on les compare aux autres métropoles européennes et il parait que la ville est très agréable à vivre.

Berlin reste quand même une capitale où il est intéressant d’investir à l’heure actuelle:
– un ville au fort dynamisme économique,
– des prix du m² ultra compétitifs par rapport à ceux de capitales européennes comme Londres ou Paris ou à ceux d’autres villes allemandes (Munich, Francfort),
– de belles perspectives de rentabilité et de plus-value à plus ou moins long terme.
J’hésite d’ailleurs moi-même à sauter le pas.

Il y a à ce propos un très bon site, pour ceux que cela intéresse, qui propose plusieurs opportunités d’investissements à Berlin dans différents quartiers (Mitte, Prenzlauerberg, Charlottenburg…) et avec de sérieuses garanties: …

Laisser un commentaire

*