Création de start-up aux Etats-Unis : la législation assouplie

Bonne nouvelle pour les entrepreneurs qui souhaitent s’implanter aux Etats-Unis. La législation concernant les demandes de visas pour ce type de projet a été assouplie, avec l’adoption du « Startup Visa Act » nouvelle formule votée  par le congrès américain. La réforme concerne donc plusieurs catégories de candidats à l’immigration voulant créer leur entreprise aux Etats-Unis : les investisseurs étrangers établis hors des Etats-Unis,  les travailleurs bénéficiant déjà d’un visa H1-B, et les jeunes diplômés issus de filières techniques (diplôme obtenu aux USA).

Pour relancer la machine de l’emploi aux Etats-Unis… Un petit coup de pouce des entrepreneurs étrangers est le bienvenu.  En amendant le Startup Visa Act, le congrès américain fait un appel du pied aux porteurs de projet étrangers pour qui la création d’entreprise aux USA requérait beaucoup d’obligations jusque-là.

Deux catégories auront donc la possibilité d’obtenir un visa de deux ans, en présentant certaines garanties.

Les catégories concernées :

Les entrepreneurs établis hors des Etats-Unis. Il seront éligibles à un visa de deux ans si leur projet reçoit le soutien financier d’un investisseur américain (100.000 dollars minimum).

Egalement éligible dans cette catégorie : les entrepreneurs revendiquant une participation dans une entreprise établie hors des Etats-Unis et ayant généré 100.000 dollars de bénéfice sur le marché américain

Les titulaires d’un visa H1B et les diplômés (graduate level, diplôme obtenu aux Etats-Unis) issus de filières techniques : technologie, ingénierie, mathématique, informatique. Parmi les critères pour ces deux catégorie : 30.000 dollars de revenus annuels ou un capital de 60.000 dollars, et le soutient d’un investisseur américain apportant au moins 20.000 dollars de financement à leur projet de création d’entreprise.

Pour en savoir plus.

1 commentaire

Laisser un commentaire

*