Une vie d'écolière en Allemagne

Lorsqu’on s’expatrie et que l’on a des enfants, on se demande bien souvent comment va se passer leur adaptation au nouveau pays, à la langue et bien sûr à l’école. Expatriée en Allemagne pendant toute sa scolarité, Sophie Chanel nous raconte comment elle a vécu ce moment de sa vie.

Le primaire à l’école française

La famille de Sophie est partie s’installer à Baden Baden, en Allemagne, lorsqu’ elle avait 5 ans. « A l’école primaire, je n’avais aucun cours d’ allemand, la proximité de la frontière française faisait que nous n’étions pas amenés à parler cette langue. J’habitais dans une sorte de ghetto français. » Voilà ce dont se souvient Sophie à propos de l’école primaire. Pour elle, rien ne changeait par rapport à la France, elle n’avait d’ailleurs pas l’impression de vivre à l’étranger.

Collège et lycée dans une Ecole européenne : un grand changement

Entre la 6e et la 5e Sophie a déménagé à Karlsruhe non loin de Baden Baden dans le même Land (Bade-Wurtemberg). Mais ce n’est pas cette nouvelle ville qui a marqué le plus Sophie, c’est sa nouvelle école. En 5e elle est entrée à l’Ecole Européenne de Karlsruhe. Jusqu’en terminale elle a suivi les cours de français, de mathématiques et de philosophie dans sa langue maternelle et les autres matières en allemand. « Au début c’était horrible, je traduisais tous les cours d’Histoire-Géo en français, mais au bout de 6 mois j’étais capable de comprendre l’allemand et au bout d’un an j’étais quasiment bilingue ».

L’Ecole européenne c’est quoi ?

Il existe 14 Ecoles européennes à travers l’Europe. A l’origine elles sont créées pour accueillir les enfants des fonctionnaires européens mais elles peuvent aussi accueillir des enfants d’autres institutions intergouvernementales ou de sociétés privé es ayant conclu un accord. Les parents de Sophie ne remplissaient aucune de ces conditions. Elle a passé un concours d’entrée qui lui a permis d’intégrer l’école. « Dans mon cas il a fallu payer des frais d’inscription assez élevés, mais j’ai eu le droit à une bourse d’étude » nous explique Sophie. « Cette école c’était l’Europe avant l’Europe. Entre écoliers de toutes nationalités nous parlions allemand, mes amis venaient de toute l’Europe c’était vraiment sympa ! ».

Et la vie d’écolière à l’étranger

Sophie avoue que même si elle a trouvé sa scolarité en Allemagne très enrichissante, certains aspects de la vie française lui manquaient. « On croit toujours que c’est mieux ailleurs, je ne connaissais pas vraiment la France, j’avais l’impression que c’était mieux. Les Français me manquaient, les films en langue française ainsi que la culture française ». Mais aujourd’hui Sophie considère que l’Allemagne est également son pays même si elle est rentrée en France pour ses études supérieures.

Dans ce dossier :