Prises d'otage et enlèvements en Afrique : pays et zones à risques

La prise d’otages et l’exécution de deux Français au Niger confirment une tendance inquiétante : les expatriés résidant au Niger, en Mauritanie et au Mali sont de plus en plus souvent pris pour cibles par des groupes rebelles présents dans le  Sahel africain. Une région que les autorités locales ont beaucoup de difficultés à sécuriser, compte tenu de sa superficie. Jusqu’ici, les ressortissants français étaient particulièrement vulnérables lors de leurs déplacements dans la zone sahélienne. Mais le rapt des deux Français au coeur de la capitale Niamey dans un quartier résidentiel sécurisé au coeur de la capitale Niamey,  a changé la donne. Voici un éclairage fourni par le Ministère des affaires étrangères sur les zones où les risques d’enlèvement sont les plus élevés dans les pays de la zone Sahel.    

L’enlèvement de cinq Français le 16 septembre 2010 dernier à Arlit au Niger. L’attentat contre l’ambassade de France à Bamako (Mali) le 5 janvier 2010. Et enfin le rapt et l’exécution le  8 janvier 2011 de deux ressortissants français, enlevés à Niamey (Niger). Depuis plusieurs mois, la zone Sahel-Sahara a rejoint les régions où les risques d’enlèvement et d’actes terroristes sont les plus élevés au monde, avec l’Iraq, l’Afghanistan, la Somalie, le Pakistan, le Yemen ou encore les Philippinnes.

Plus de 2000 Français résident en Mauritanie, près de 4500 au Mali, un peu plus de 1500 au Niger et 1600 au Nigéria.  Compte tenu des évènements récents, les ressortissants français ne sont pas à l’abri d’enlèvements même dans les zones résidentielles. Cependant, certaines zones sont plus risquées que d’autres. Le MAE donne quelques indications sur les régions à éviter absolument dans ces quatre pays :

Risques d’enlèvement au Niger
Au même titre que les risques d’attentats, ils sont jugés élevés/très élevés par le MAE, qui déconseille formellement les déplacements au nord d’une ligne Ayourou-Agadez-Nguigmi (centre et nord du pays).
Ambassade de France/ français en difficultés : (227) 72.24.31/32/33 (veille 24h/24h).

Risques d’enlèvement au Nigéria
Les risques d’enlèvement sont élevés dans plusieurs états au sud-ouest du pays : dont Lagos,Rivers, Delta,  Bayelsa, Abia, Imo, Edo, Akwa Ibom et Ondo (risques d’agressions et enlèvements).
– Ambassade de France à Abuja : (09) 523.55.06 – 523.55.10

Risques d’enlèvement au Mali
Comme les risques d’attentats/terrorisme, les risques d’enlèvement y sont élevés à très élevés, selon le MAE. Ils augmentent au nord d’une ligne horizontale  Kayes-Mopti. Le MAE indique que les risques sont très élevés au nord d’une ligne Tombouctou-Gao (centre du pays). La capitale Bamako et le sud du pays sont jugés « relativement sûrs ».
– Ambassade de France au Mali (service des français) :  (223) 79.41.62.51

Risques d’enlèvement en Mauritanie
Comme les autres pays de la zone sahélienne, la Mauritanie n’échappe pas à la règle. Dans la capitale Nouakchott, le MAE recommande de rester dans les quartiers du centre. Il déconseille également l’axe routier Nouakchott-Nouadhibou. Et enfin,  la partie orientale du pays (à l’est d’une ligne Chinguetti (nord) – Kiffa (sud)), ainsi que  la zone frontalière du nord du pays (limite avec le Sahara occidental).
Ambassade de France en Mauritanie  (en cas de difficultés sur place)  : Tél [222] 529.96.99.

A lire également
Expatriation en Afrique : les pays et les zones les plus risqués

Voir aussi : la rubrique « Conseils aux voyageurs » du MAE


Numéro de téléphone pour les français en difficultés : (227) 72.24.31/32/33 (veille 24h/24h).
Services et Liens
Destinations