Expatriation en Afrique : les pays et les zones les plus risqués

Parmi les 1,5 millions d’expatriés français dans le monde, près de 220.000 vivent en Afrique. Comme l’illustre l’enlèvement récent de 5 employés du groupe Areva au Niger, le  continent n’est pas sans danger. Pour autant, tous les pays  ne sont pas logés à la même enseigne, d’autant que les conditions de sécurité/insécurité évoluent rapidement sur le continent. En outre, il faut ajouter à la liste des dangers recensés les actes de  piraterie maritime, qui se multiplient  au large de l’océan indien. Le point sur les zones sensibles par pays et les types de dangers auxquels les expatriés sont confrontés.

Outre le Soudan, la République démocratique du Congo et la Somalie -des zones quasi « expatriés non grata » (à l’exception des humanitaires), d’autres pays africains présentent des risques élevés pour la sécurité des expatriés et des voyageurs qui y sont nombreux.

Les risques de sécurité en Algérie
Types de risques : terrorisme (enlèvement)
Zones de risques élevés/très élevés : selon le MAE, les risques d’attentats/attaques ciblant plus particulièrement les occidentaux restent forts dans la zone sahélienne du pays, c’est -à-dire, dans le Grand Sud.  La situation s’est cependant nettement améliorée ces dernières années.
En cas de problème en Algérie : joindre l’ambassade de France à Alger. Tel :  021.98.17.17

Les risques de sécurité à Madagascar
Types de risque :
criminalité, petite délinquance
Zones de risques élevés/très élevés : les problèmes de sécurité à  Madagascar sont sans commune mesure avec ceux  qui affectent d’autres pays africains où des expatriés français sont présents (ex : Niger, Mauritanie). Le MAE indique que la petite criminalité (vol à la tire, agression) sévit notamment : dans le centre ville et la ville haute de Tananarive et notamment les quartiers d’Ambondrona, Ambohijatovo, Anpasama, la partie supérieure de l’Avenue de l’Indépendance et le marché d’Analakely.
Permanence téléphonique du Consulat général de France à Antananarivo :  22.398.98 (24h/24).

Les risques de  sécurité en Mauritanie
Types de Risque : violence, terrorisme (enlèvement, assassinat).
Zones à risques élevés/très élevés : Nouakchott (le MAE recommande de rester dans les quartiers du centre). L’axe routier Nouakchott-Nouadhibou. Toute la partie orientale du pays, à l’est d’une ligne Chinguetti (nord) – Kiffa (sud). La zone frontalière du nord du pays (limite avec le Sahara occidental).

Numéro de téléphone de l’ambassade de France (en cas de difficultés sur place)  : Tél [222] 529.96.99.

Les risques de sécurité au Mali
Types de risque :
terrorisme (enlèvement, assassinat), banditisme (source : MAE)
Zones à risques élevés/très élevés : si le sud du pays et la capitale Bamako sont relativement sûrs, les risques (terroristes) augmentent au nord de la ligne horizontale  Kayes-Mopti. Le MAE indique que les risques sont très élevés au nord d’une ligne Tombouctou-Gao (centre du pays).
Numéro de téléphone de l’ambassade de France au Mali (service des français) :  (223) 79.41.62.51

Les risques de sécurité au Niger
Types de risque :
terrorisme (enlèvement, assassinant)
Zones à risques élevés/très élevés : le MAE déconseille formellement les déplacements au nord d’une ligne Ayourou-Agadez-Nguigmi (centre et nord du pays).
Numéro de téléphone pour les français en difficultés : (227) 72.24.31/32/33 (veille 24h/24h).

Les risques de sécurité au Nigéria
Types de risque : enlèvement, agression, conflit
Zones à risques : le MAE déconseille formellement les déplacements dans de nombreux états au sud-ouest du pays : Lagos, Bayelsa, Rivers, Delta, Akwa Ibom, Abia, Imo, Edo et Ondo (risques d’agressions et enlèvements).
Ambassade de France à Abuja : (09) 523.55.06 – 523.55.10

Les risques de piraterie maritime en Afrique
La célèbre prise en otage des passagers du voilier français  « Le Ponan » au large de la Somalie en 2008 a mis en lumière les risques de piraterie auxquels sont exposés les plaisanciers dans cette zone de l’océan indien. Dans la zone couvrant le Golfe d’Aden – Somalie – Ouest et Nord Seychelles, 240 attaques de pirates ont été recensées et 41 navires ont été capturés en 2009.

L’une de ces attaques s’est produite  à 900 milles nautiques (1500 km) des côtes somaliennes. Le MAE alerte plus particulièrement conte les risques de piraterie dans les zones suivantes :  « détroit de Bab-el-Mandeb, Golfe d’Aden, au large de la Corne de l’Afrique, plus au sud jusqu’au canal du Mozambique et à l’est jusqu’aux abords de l’archipel des Seychelles ».

Comme le montre l’infographie récemment réalisée par le journal Le Figaro, d’autres pays africains sont considérés comme des zones à risques « élevés » pour les expatriés en 2010. En particulier : La Guinée, Guinée-Bissau, Sierra Leone, Liberia, Tchad, RCA, Kenya, Ouganda, Éthiopie, Érythrée, Égypte et Djibouti.

Voir aussi notre première partie : « Expatriation en Amérique du sud : les pays les plus risqués, les zones à éviter »

Plus d’infos : Conseils aux voyageurs, MAE


Services et Liens
Destinations